Lunch Concert

Hyper Duo

L’Usine Sonore

HYPER TEMPER

Une formule COVID des Lunch Concert : repas et musique à emporter, depuis L'Usine Sonore!

Chaque groupe de public a rendez-vous par tranche de 10 minutes. Après un bref échange avec les musiciens, vous repartez avec votre repas et un code pour suivre une vidéo exclusive, tournée à L'Usine Sonore. Bon appétit et bonne écoute !

Comparable aux explorateurs qui ne se sentent à l’aise qu’en pleine mer car il n’y a pas de sentiers balisés, Gilles Grimaître, Julien Mégroz et Miguel Angel Garcia Martin sondent dans leur dernier projet les possibilités et impossibilités du piano. Certes, d'autres l'ont fait avant eux, il y a trois siècles déjà. Cependant, dans HYPER TEMPER, plus rien n’est « bien tempéré » au sens historique. Pour eux, l'ancienne innovation sur le clavier ressemble à un port à quitter en route pour des aventures inouïes ! Afin de prospecter le piano, les trois musiciens utilisent d'abord des micros installés à proximité immédiate des cordes. Cette amplification extrême, telle que pratiquée dans « Rerendered » de Simon Steen-Andersen, ressemble à un microscope high-tech. Ainsi, le marginal devient le personnage central. Le pianiste et ses deux assistants sont confrontés au délicat défi d'équilibrer les sons ordinaires des touches blanches et noires avec leurs « sous-produits ». Une musique de chambre dans laquelle la chambre n'est plus un salon aux lustres rutilants, mais l'espace sonore de l'instrument lui-même. C'est aussi une nouveauté dans la mesure où au lieu d'utiliser des sons (appuyer sur les touches), on utilise de plus en plus des anti-sons (lâcher les touches).

Avec « 101% mind uploading », une oeuvre d'Elena Rykova, 28 ans, nous entrons dans un monde complètement différent, bien que l'équipe manoeuvre également à l'intérieur du piano, cette fois-ci selon les spécifications méticuleuses d'une partition graphique qui est si belle à regarder qu'on préfèrerait l'accrocher dans le salon. Le piano devient une table d'opération, les musiciens des chirurgiens, l'auditeur un observateur, pour ne pas dire : un voyeur. Rykova, qui est elle-même pianiste, se consacre aux sons avec une dévotion extrême. « Chaque fois que je commence à écrire de la musique, je dois faire mes propres découvertes, essayer d'atteindre l'état de pure curiosité pour être surprise, confie-t-elle. Je passe des heures interminables avec des instruments ou des objets pour lesquels j'écris en construisant cette relation. Je crois que la relation au son est la même que la relation entre les gens. »

Relations entre les gens : depuis sa création en 2012, HYPER DUO a commandé des oeuvres à des personnalités qui s'ennuient sur les sentiers battus, qui aiment transcender les frontières mentales entre les arts et qui explorent de nouvelles approches. Récemment, une telle collaboration avec le guitariste lucernois Manuel Troller, 32 ans, a vu le jour. Il a écrit une pièce folle pour piano et percussions dans laquelle les distances entre les styles et les genres sont surmontées avec une vitesse à couper le souffle.

Autre liaison artistique : à la demande de HYPER DUO, Cathy van Eck a adapté une partition de 2011 pour trio qui porte le titre « Pièce d'ameublement », en référence à Erik Satie. Cette pièce rappelle les temps révolus où le piano, en tant que meuble de qualité, ornait les salons bourgeois. Bien sûr, il doit être nettoyé de temps en temps : caché dans l’éponge, un petit microphone capte les bruits de nettoyage. Ceux-ci sont convertis en signaux, qui sont ensuite rendus audibles par un haut-parleur placé sous le corps de résonance, coloré par les résonances du piano.

Enfin, Gilles Grimaître et Julien Mégroz se produisent également en tant que compositeur-interprètes. Gilles Grimaître écrit une oeuvre qui explorera les résonances harmoniques du piano d’une manière rendue possible par trois musiciens seulement, tandis que Julien Mégroz composera des interludes performatives qui utiliseront la scénographie et le piano pour lier les oeuvres du programme entre elles.

Une scénographie tout particulière créée pour l’occasion - qui, à l’aide de différent miroirs répartis sur la scène et disposés pour chaque oeuvre différemment - permettra au public de capter visuellement les détails du jeu des musiciens dans le piano. L’audience aura donc accès à des angles de vues jamais exploité lors d’u concert de piano.

L'ensemble du programme promet d'être une exploration agitée de l'esprit humain dans toutes ses directions.

Voilà « hyper temper »…

Prix :

membre Association Usinesonore: 5.- / non-membre : 10.-

Réservations obligatoires, nombres de places limitées.


Réservations:

Courriel

Lieu:

L’Usine Sonore

Rue de la Gurzelen 31

2502 Biel/Bienne